Carauchou A., Onofrey A., L'importance des petites... - Форум
Вівторок, 06.12.2016, 02:45
Приветствую Вас Гість | Регистрация | Вход

Всеукраїнська студентська інтернет-конференція

Меню сайта
Форма входу
Друзі сайту
Статистика

Carauchou A., Onofrey A., L'importance des petites... - Форум

[ Нові повідомлення · Учасники · Правила форуму · Пошук · RSS ]
Сторінка 1 з 11
Форум » Матеріали конференції 23.05.2014 » Особливості інвестиційно-інноваційної діяльності в економічній системі України » Carauchou A., Onofrey A., L'importance des petites...
Carauchou A., Onofrey A., L'importance des petites...
conf-cvДата: Понеділок, 26.05.2014, 12:38 | Повідомлення # 1
Admin
Група: Адміністратори
Повідомлень: 1656
Нагороди: 5
Репутація: 8
Статус: Offline


Carauchou Adrian, Onofrey Anastasia,





cons. scient. – Samsonova A.Z.,
Institut de commerce et d’économie de Tchernivtsi,
ville de Tchernivtsi





L'importance des petites et moyennes entreprises innovantes dans une économie mondialisée





Une des orientations prometteuses pour créer un environnement de marché concurrentiel dans le monde entier ont été, sont et restent petites et moyennes entreprises [1, p.43].
Définie de manière très large comme le développement, la diffusion et l'exploitation économique de nouveaux produits, procédés et services, l'innovation est considérée comme une composante essentielle du processus de croissance économique. Tandis que les économies mondiales deviennent de plus en plus intégrées et interdépendantes, la capacité des entrepreneurs et des firmes à exploiter les débouchés qui s'offrent à eux au niveau international, en commercialisant de nouveaux produits et procédés plus rapidement que leurs concurrents, joue un rôle crucial dans l'accroissement de la prospérité économique d'une nation [2].
Les petites et moyennes entreprises (PME) forment un groupe très hétérogène qui réunit un large éventail d'entreprises telles que des magasins d'alimentation, des restaurants, des petits ateliers ou encore des éditeurs de logiciels. Une partie de ce groupe est constituée d'entreprises dynamiques, innovantes et à forte croissance. Si l'on qualifie d'innovantes les entreprises ayant introduit au moins un produit ou procédé nouveau ou amélioré sur le marché, environ 30 à 60 pour cent des PME du secteur manufacturier de la zone Organisation de coopération et de développement économiques. Dans certains pays de l'Organisation comme la Belgique, l'Irlande, l'Italie, le Portugal et le Royaume-uni, les petites entreprises manufacturières sont quasiment aussi innovantes que les grandes entreprises [4].
Qui plus est, les PME réalisent une part croissante des activités de recherche-développement (R-D), même si elles sont toujours devancées par les grandes entreprises dans la plupart des pays de l'OCDE. Elles représentent l'essentiel de la R-D effectuée par les entreprises en Islande, au Portugal, en Pologne et en Norvège, tandis que leur part est d'environ 20 pour cent aux États-Unis et dans l'Union européenne (UE). Elles remplissent également une fonction d'interface entre la recherche universitaire et l'innovation industrielle. Les entreprises fondées sur les nouvelles technologies, dont la plupart sont des PME innovantes, jouent un rôle crucial dans l'innovation la plus poussée et la commercialisation des travaux de R-D effectués dans les laboratoires de recherche [2].
Il semble toutefois que la croissance, voire la survie, des PME soit entravée par un certain nombre de difficultés, notamment par des problèmes de financement. En fait, l'accès aux ressources financières est identifié dans de nombreuses enquêtes de conjoncture comme un des principaux obstacles à la survie et à la croissance des PME, y compris de celles qui font preuve d'innovation. En outre, le pouvoir de marché limité, le manque de compétences en matière de gestion, la forte proportion d'actifs incorporels, l'absence de pièces comptables adéquates et le manque d'avoirs qui les caractérisent sont autant de facteurs qui tendent à accentuer le profil de risque des PME. Par conséquent, les banques commerciales et les investisseurs traditionnels se montrent réticents à fournir des services financiers aux PME. En revanche, les entreprises de plus grande taille, disposant de meilleurs plans d'entreprise, d'informations financières plus fiables et d'avoirs plus importants, parviennent à se financer plus aisément par les canaux traditionnels [3].
L'incertitude et les asymétries d'information qui caractérisent les PME sont amplifiées pour les entreprises innovantes, ce qui complique leur accès aux moyens de financement traditionnels premièrement, la rentabilité des activités innovantes est souvent fluctuante et très incertaine. L'innovation peut impliquer en permanence le développement de nouveaux produits et l'utilisation de nouveaux procédés sur des marchés n'ayant jamais été explorés. Il devient alors difficile pour les établissements financiers et les investisseurs d'évaluer les caractéristiques de risque et les probabilités de défaillance des entreprises concernées. Deuxièmement, les entrepreneurs peuvent posséder davantage d'informations sur la nature et les caractéristiques de leurs produits et procédés que leurs bailleurs de fonds potentiels. L'existence probable d'asymétries d'information substantielles entre les PME innovantes et les investisseurs ne facilite guère l'élaboration de contrats de financement mutuellement satisfaisants. Troisièmement, les activités innovantes sont généralement immatérielles, ce qui rend l'évaluation de leur valeur monétaire difficile avant qu'elles ne portent leurs fruits sur le plan commercial. Qui plus est, l'innovation se caractérise par une valeur de liquidation des plus limitées en cas de faillite. Les activités innovantes n'offrent donc guère d'éléments ayant valeur de sûreté qui puissent être utilisés pour obtenir un prêt ou lever des capitaux propres. De surcroît, le cycle de l'innovation est un processus complexe qui suit souvent une trajectoire non linéaire. Il commence souvent par une idée de produit [2]. Il passe ensuite par une phase de mise au point et d'essais d'un prototype. Vient alors la première production, accompagnée de nouveaux perfectionnements et d'une étude de marché, suivie par la vente du produit final. Le financement de ce cycle requiert une série d'injections de capitaux, et l'entreprise risque de faire faillite si l'une ou l'autre des phases du cycle n'est pas financée de manière adéquate. En soi, cet élément tend également à accroître les risques courus par tout investisseur. En bref, le financement des PME innovantes est risqué et incertain. Par conséquent, certaines imperfections ou certains facteurs d'inefficacité dans l'accès à diverses sources de financement et leur utilisation semblent porter préjudice aux PME innovantes. Cela s'est traduit par une prolifération de programmes publics destinés à combler les déficits de financement auxquels paraissent être confrontées ces PME.
Référence
1. Колечко О.Д., Крилова В.Г. Підручник з французької мови для студентів – економістів. – К.: КНЕУ, 1998. – 244 с.
2. Le financement de pme innovantes dans une économie mondialisée
- [Електронний ресурс]. - Режим доступу: http://www.oecd.org/fr/cfe/ pme/31946199.pdf
3. Petite et moyenne entreprise - [Електронний ресурс]. - Режим доступу: http://www.insee.fr/fr....ise.htm
4. Les PME en plein choc d'innovation - [Електронний ресурс]. - Режим доступу: http://www.lemonde.fr/economi....34.html


 
Форум » Матеріали конференції 23.05.2014 » Особливості інвестиційно-інноваційної діяльності в економічній системі України » Carauchou A., Onofrey A., L'importance des petites...
Сторінка 1 з 11
Пошук: